Catégories
Non classé

Se préparer à gagner le tournoi d’escrime

La sagesse conventionnelle des escrimeurs et des entraîneurs d’escrime soutient souvent que le moyen de gagner des tournois d’escrime est de gagner plus de combats et que le moyen de gagner plus de combats est de marquer plus de touches. À première vue, cela semble évident. Cependant, c’est loin d’être toute l’histoire, ni même la partie la plus importante de l’histoire.

Un combat d’escrime est une combinaison d’au moins 12 facteurs, notamment:

1. Préparation technique – maîtrise d’un ensemble suffisant de compétences que le tireur peut rappeler et appliquer pendant le combat et qui peut fournir une gamme suffisante d’options offensives, défensives et contre-offensives.

2. Formation – le développement de l’ensemble de compétences à un niveau auquel les réactions sont rapides et l’exécution est instinctive, rapide et précise.

3. Développement tactique – le développement de la capacité de changer de tactique pendant un combat, d’adapter la tactique aux actions de l’adversaire et aux appels de l’arbitre, et d’imposer sa propre logique tactique à l’adversaire.

4. Préparation psychologique – une tâche complexe impliquant de préparer l’esprit de l’athlète dans un sens général, ainsi que de donner à l’athlète des outils spécifiques pour faire face aux défis psychologiques de la compétition.

5. Préparation de l’arbitre – les tireurs doivent être prêts à analyser les performances de l’arbitre et à adapter les tactiques à la manière dont l’arbitre gère le combat. Avec cela, l’escrimeur doit être capable d’appliquer des techniques psychologiques pour gérer l’impact de l’arbitre sur le combat.

6. Conditionnement physique – préparation physique, comprenant à la fois une condition physique générale et une forme physique spécifique au sport, effectuée selon un plan d’entraînement annuel et intégrée à la préparation technique, à l’entraînement, tactique et psychologique et à la sélection des compétitions.

7. Sélection des compétitions – étant donné que les compétitions d’escrime sont des événements hebdomadaires, les compétitions qui s’inscrivent logiquement dans les objectifs généraux de la saison nécessitent une préparation qui peut inclure ou non d’autres compétitions.

8. Repérage des adversaires – chaque adversaire clôturé doit contribuer à une base de données d’informations sur les adversaires potentiels dans les tournois à venir, y compris tout ce à partir de quelle main le tireur se bat avec une analyse de leurs tactiques.

9. Planification efficace du combat – un tireur qui participe à un combat sans plan ne prévoit pas de gagner – la victoire devient une question de chance. L’escrimeur doit avoir un plan pour le combat et être capable d’exécuter ce plan.

10. Nutrition – une bonne alimentation (et aussi l’hydratation) est vitale non seulement dans le cadre de la préparation générale et de l’entraînement, mais aussi en donnant au tireur l’énergie nécessaire pour des événements spécifiques.

11. Préparation de l’équipement – l’équipement d’escrime doit être en excellent état, et plus que le minimum doit être transporté avec l’escrimeur. Cela élimine non seulement les cartes de panne d’équipement, mais aussi le stress de devoir réparer les armes entre les combats.

12. Connaissance des règles – un nombre étonnant d’escrimeurs et au moins certains arbitres ne connaissent pas les règles du sport et ne savent pas comment elles sont appliquées. Les tireurs doivent étudier les règles et les connaître intimement s’ils veulent défendre leurs intérêts contre des décisions incorrectes ou capricieuses.

L’escrime est un sport très spécifique qui utilise des modèles de mouvement uniques et qui nécessite à la fois un mouvement rapide et une grande efficacité et précision dans ce mouvement. L’élément clé d’un tournoi qu’un tireur peut influencer est les combats individuels qu’il clôturera. Pour se préparer à ces combats, l’athlète doit s’entraîner pour les activités et les rythmes spécifiques de la compétition. Cela signifie que la spécificité, la richesse et l’efficacité de l’entraînement augmentent à mesure qu’il se rapproche des conditions de combat. Non seulement l’escrimeur doit clôturer les mêmes types de combats qu’il ou elle le fera dans les tournois, mais autant de conditions de tournois que possible doivent être présentes. Plus l’entraîneur peut inclure de facteurs énumérés ci-dessus dans les séances d’entraînement, meilleure est la formation.

La réussite de chacun de ces éléments signifie que l’escrimeur marquera de plus en plus de touches à mesure que son niveau d’expérience dans le sport augmentera. Ne pas les aborder ou les aborder de manière incorrecte limitera inévitablement les performances à moins que le potentiel de l’athlète. Le toucher est le produit qui opérationnalise la préparation, pas la préparation elle-même.

Source by Walter Green

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *